Les téléscopes

Voici maintenant ma page consacrée aux téléscopes. Vous aurez accès à cet endroit à différentes données tant techniques que pratiques sur les téléscopes.
Tout d'abord :

quelle est la différence entre un téléscope et une lunette astronomique ?

Et bien la réponse n'est pas compliquée. L'élément essentiel d'un téléscope est un miroir capable de faire converger des rayons lumineux lui arrivant dessus, alors qu'une lunette est constituée d'une lentille convergente.

Shéma d'un téléscope :

On comprend très bien que la lumière est réfléchie sur un miroir parabolique d'assez grand diamètre, puis sur un miroir secondaire plus petit, avant de ressortir par un orifice sur lequel est fixé l'occulaire, qui agit comme une loupe et permet de grossir l'image.
Sur ces deux exemples, vous pouvez remarquer que les deux modèles sont très différents. En effet, le premier, du type Newton, et tel que la lumière ressort latéralement au tube du téléscope. Son miroir secondaire est plan. Le second modèle, du type Cassegrain, a son miroir primaire percé, de telle sorte que l'observateur se met derrière son téléscope pour observer. Son miroir secondaire est généralement hyperbolique, et une lame correctrice doit être ajoutée à l'entrée pour éviter les déformations d'image. Le première type est de loin le plus répandu chez les amateurs, parce que le second est plus cher. En effet, pour pouvoir faire un trou dans le miroir primaire, il faut qu'il soit suffisamment grand. De plus, les optiques ne sont pas simples (lame correctrice, miroir secondaire), d'où un prix de revien plus élevé.

Les éléments importants du téléscope :

L'élément primordial d'un téléscope est bien entendu son miroir primaire. Plus il est de grand diamètre et plus il collecte de lumière, donc plus il permettra d'observer des objets très peu lumineux. Sa longueur focale a elle aussi une assez grande importance, dans la mesure où elle conditionnera l'ouverture du téléscope ( l'ouverture est égale au rapport longueur focale / diamètre du miroir). Ainsi, un instrument très ouvert (F/D=15 à 20) collecte beucoup plus de lumière qu'un appareil peu ouvert (F/D de l'ordre de 5), un bonne moyenne au niveau de l'amateurisme étant située autour de F/D=8 (téléscopes de 115mm de diamètre et de 900 mm de focale).
Ensuite viennent les occulaires, car ce sont eux qui permettent de voir des images. Ils sont constitués d'un ensemble de 2 à 8 lentilles qui ont pour rôle de grossir l'image. Ils sont caractérisés par leur type (Huyghens, Orthoscopique, Kellner, etc...) qui indique combien il y a de lentilles, et comment elles sont agencées, et par leur longueur focale. Le facteur de grossissement de l'image est obtenu par la formule suivante : Grossissement=(longueur focale du miroir primaire) / (longueur focale de l'occulaire). Ainsi, un occulaire de 12.5mm de longueur focale monté en sortie d'un téléscope de 1000 mm de longueur focale donnera un grossissement de 80 fois.
Bien entendu, la qualité des optiques doit être très bonne afin de ne pas nuire à la qualité des images à observer.
On "appelle" souvent un téléscope par deux nombres, du style 115/900. Ces deux nombres correspondent en fait au diamètre du miroir principal et à la longueur focale de ce miroir.

La monture :

Et oui, un téléscope n'est rien sans une monture. En effet, il faut bien qu'il repose sur quelque chose. Deux types de monture existent principalement : la monture azimutale, ou altazimutale, ou allemande, et la monture équatoriale. En voici un exemplaire de chaque famille :

La qualité des montures est primordiale. En effet, supposez que vous en avez une mauvaise. Au cours d'une observation, le simple fait de taper du pied par-terre (quand il fait froid par exemple) suffit pour faire trembler l'image, et ce tremblement est d'autant plus important que le grossissement utilisé est grand.
En fait, la masse de la monture ainsi que sa rigidité sont les points essentiels. C'est pourquoi on en trouve des massives monopied (voir la photo du téléscope Newton ci-dessus), pouvant peser plus de 50 kg.

[icône] Retour vers la page d'astronomie.

Cette page a été réalisée par Olivier Martin
Version 1.2 - février 1999